jeudi 29 mars 2018

Dys-moi pour l'emploi



Ecrans de fumée


Voilà, alors qu’en France, la tempête Ducanda fait des ravages (paraît que la cause de l’autisme serait la surexposition aux écrans !!!)… Comment ça vous ne me croyez pas ?


Voilà-t-y pas que, non contents de pourrir la vie des familles françaises, nos bobos psykks viennent envahir la Belgique.

Photo du journal le Soir d’aujourd’hui :
Boris Cyrulnik, 81 printemps au compteur, cumulard qui doit occuper au bas mot au moins 10 postes de ponte, autant dans la santé, l’éducation que dans les médias. Est-on obligé de le croire ?

Rigolez pas, le ministre de l’éducation française vient de lui confier une mission d’importance pour nos chères têtes blondes.

Misère, quand je pense aux familles qui fuient la France pour venir scolariser leur enfant en Belgique…

Pourvu qu’on n’importe pas non plus les bobos psykks gâteux et/ou leurs théories fumeuses… Sinon plus la peine que ces familles s’exilent chez nous pour retrouver l’enfer.

lundi 26 mars 2018

Un vendredi comme les autres.


Un vendredi. Vous commencez la journée bien calmement, vous avez du boulot, pas trop urgent, mais votre planning est fait.

N’y comptez plus, il va être bouleversé.

D’abord, vous tombez sur cet article.

Cela vous énerve un peu, car en substance, même s’il y a des choses vraies dedans que l’on peut partager à 100 % (l’école, l’inclusion), prôner l’absence d’interventions à destination des personnes autistes « pour ne pas les changer » c’est facile à dire quand on a un haut niveau sans besoin d’aide ou qu’on n’a pas de diagnostic d’autisme.

Lorsque vous vous occupez quotidiennement de familles concernées par de l'autisme sévère, ce genre de discours par une personne censée représenter la communauté autistique sans en faire partie vous énerve un peu, car il justifie le désengagement de la France sur la prise en charge financière des interventions.
D’autant plus que vous êtes très bien placée, en tant que mère d’un enfant qui présentait des troubles sévères dans la petite enfance et dont l’autisme est quasi-indécelable aujourd’hui (bien que toujours présent), cela grâce à des interventions intensives, pour connaître leur nécessité.

Mais ce n’est que le commencement de cette foutue journée.

Bon alors, du coup vous enchaînez avec la lecture du bouquin de l’acteur et écrivain qui surfe sur la vague de l’autisme. (Mauvaise idée).

Pendant que vous apprenez l’attentat de Trèbes, vous avez du mal à croire que vous n’hallucinez pas quand vous lisez ce passage :

"C'est alors qu'il sortit de la théorie pour raconter ses expériences et travaux pratiques : l'élaboration de bombes artisanales. Selon lui, il était temps d'éveiller les consciences et de les mettre au pas. Les tests en milieu naturel et isolé s'avéraient très concluants... Ne manquaient plus que les cibles et une stratégie. Son ambition était de taper haut et fort pour que la peur change de camp. Il était temps que cette "sous-race de neurotypiques", c'est-à-dire les gens soi-disant normaux, cesse de regarder les autistes de haut et de les opprimer, d'enfermer nos frères et de les exclure.
         Il ne se cachait pas de chercher une cible appropriée en vue d'une action spectaculaire. Fallait-il viser une école récalcitrante à accueillir nos enfants ? Un tribunal ayant statué sur des placements abusifs d'une fratrie d'autistes* ? Le siège d'une association gestionnaire d'établissements onéreux et inappropriés ? Un ministère ? Les possibilités ne manquaient pas. Le tout était de trouver un symbole fort.
    *Affaire Rachel
        "Pour libérer nos frères de la séquestration médicale, nos frères pris en otages par les lobbies médico-sociaux et prisonniers des institutions : je suis prêt ! Prêt à organiser des troubles autistiques nationaux ! Des cendres de la dictature neurotypique surgiront les fondations de l'État autistique !"
      Face à cette tournure politique inattendue et inquiétante, je prétextai une fatigue soudaine pour l'éconduire, tout en lui promettant de garder un contact discret.
     Que fallait-il faire ? Dénoncer ce potentiel autistico-terroriste aux autorités sans faire la part de ses fantasmes et de ses intentions ? Garder le secret sur cette entrevue en espérant qu'il renonce au passage à l'acte ? Avertir ses proches ? Et si jamais ceux-là mêmes étaient complices et partisans ?
     Je n'ai rien fait."
   
Ainsi donc, le monsieur est au courant de projets d’attentat (soit dans une école !!! ou dans un tribunal, une association gestionnaire, un ministère) et n’a rien dit ! Ce qui tombe tout de même (et heureusement) sous le coup de la loi.

Il a beau s'être "dédouané" de toute responsabilité par cette mise en garde, c'est un peu léger...

"Avertissement

Les libres propos qui suivent sont assurément porteurs d'une certaine violence. Mais je refuse d'emblée - et avec mon éditeur - ceux qui voudront brûler mon livre comme ceux qui y puiseraient parole d'Évangile. Aussi, je me désolidarise et condamne sans appel toutes les agressions, brutalités ou exactions qui seraient commises par des autistes ou en leur nom, suite à la lecture de ce que j'ai voulu comme un cri de colère légitime."

Je vous passe les délires sur le chapitre où l’on apprend que les autistes ont fiché les neurotypiques et les manipulent, que demain les premiers seront plus nombreux que les seconds, et qu’alors ils pourront voir ce que ça fait d’opprimer une minorité. Que la recherche a pour but de faire avorter toutes les mères porteuses d’enfants avec autisme afin que les neurotypiques échappent à ce sort funeste.

Ce qui est interpelant dans ce délire, c’est combien les mots de ce passage transpirent la haine envers le genre humain.

Plus inquiétant, sur Facebook, certains autistes ou autoproclamés comme tels approuvaient tout à fait ce passage. Je comprends qu’ils aient souffert par une société inadaptée, mais si tous les gens qui ont souffert devraient haïr les êtres humains au point de vouloir opprimer, voire pire, une catégorie bien déterminée (en l’occurrence les personnes non autistes), je connais beaucoup de gens bons qui seraient devenus de véritables dictateurs…

Mais vous n’avez pas fini. Ce même jour (décidément ! ) le monsieur continue à sévir sur RMC.

Dans la continuité des délires précédents, on y « apprend » que si l’Elysée ne prend pas en compte les compétences (notamment informatiques) des autistes, il sera bientôt à la botte du Kremlin… Pour « preuve », les attaques de Moscou sur les récentes campagnes électorales.

Moins drôle et avec des conséquences possibles, le monsieur parle d’une affaire judiciaire en cours, que visiblement il ne connaît pas bien car il en rapporte des choses inexactes, mettant peut-être les protagonistes dans une situation délicate. À sa décharge, beaucoup de gens ont médiatisé cette affaire (en connaissant toutefois le dossier). Beaucoup l’ont fait par empathie. D’autres l’ont fait pour des motifs moins avouables de recherche de reconnaissance, que cela puisse leur servir dans leur vie professionnelle ou sociale. On m’a même reproché de ne l’avoir pas fait. Mais avec le recul, c’était évidemment le bon choix.

Mais un fait plus grave à ce sujet était bien dans le livre, puisque le projet d’attentat visait justement le tribunal ou est jugé cette affaire.

Tout le week-end, la sphère facebookienne s’est enflammée pour cette histoire.

Le Lundi.
Le monsieur a remis ça dans une nouvelle interview où, malgré que les commentateurs lui aient expliqué son erreur sur l’affaire judiciaire, il récidive sans corriger le tir.

Il y a même un groupe fermé qui a été créé sur Facebook pour le « défendre » des « vilains » parents contre lui.

Je parie que cet article y figurera en bonne place avec un déferlement de haine dans les commentaires. Je parie aussi que bon nombre de ceux qui y sont ont pleuré comme vous pour Trèbes.

On en reparlera si un jour le concept du respect de la neurodiversité (respect qui en soi est plus que légitime et que moi aussi j’appelle de tous mes vœux) mais dont le discours tronqué, porté par des autistes de très haut niveau sans besoins particuliers ou par des pseudos-autistes, demande d’arrêter les interventions, justifiera un désengagement encore plus important de l’État français qu’il ne l’est aujourd’hui.

On dit aux enfants de ne pas mettre les deux doigts dans la prise, que c’est dangereux. Mais certains pensent qu’on leur ment… et le font quand même. Les partisans du bouquin pousseront-ils le bouchon jusqu’à se réjouir que cela puisse faire office de sélection génétique ?


mardi 6 mars 2018

Critique du livre "Autiste, j'ai le droit de m'instruire !"


Enfin un guide pratique accessible à tous (parents, enseignants, autres professionnels) pour savoir comment pratiquer l’éducation structurée, concept créé par l’auteur, auprès d’un enfant autiste.

Bien que l’auteur maîtrise son sujet, elle est toujours claire pour le profane. Le livre regorge de ressources et d’exemples pratiques, qu’on peut aussi télécharger sur le site de l’éditeur.

La pensée autistique est finement analysée et l’auteur commence par s’appuyer sur celle-ci pour construire une pédagogie individualisée, tout en insérant diverses approches, sans jamais être dogmatique et s’enrichissant de leurs apports mutuels pour mieux adapter la pratique à chaque individu.

Les exemples sont très concrets et tous peuvent se les approprier et les adapter aux personnes qu’ils aideront, qu’ils soient parents débutants ou professionnels confirmés.


D’un point de vue plus littéraire, la plume révèle tour à tour la maman, la professionnelle de haut vol et d’expérience (enseignante comportementaliste et béhavioriste maîtrisant les approches PECS®, TEACCH, ABA-VB), formatrice en pédagogies différenciées (Freinet, Oury, Montessori), directrice d’établissements et de services sociaux et médico-sociaux, la présidente d’association engagée (Autisme Ensemble 44).

Ce livre est un outil indispensable pour tout parent et professionnel qui est amené à s’occuper de personnes autistes, même s’il a déjà de solides connaissances en la matière, par l’aspect innovateur de l’éducation structurée.

jeudi 22 février 2018

Portes ouvertes école Saint-François de Basècles


Venez visiter une école avec un super-projet inclusif !

Samedi 29 mars 2018 de 10 à 17h.

École Saint-François de Basècles, 

7, place de Basècles (Beloeil, Belgique).
Mobile : 0474/46 50 69 - 0478/60 87 64
Fixe : 069/57 54 81
Email : ec000792@adm.cfwb.be